Fondée en 1905 à l’initiative de Ferdinand Brunot et d’Edmond Huguet, la Société des Textes Français Modernes (association déclarée selon la loi de 1901), s’était fixé pour but, suivant les termes de son premier président, Gustave Lanson, « d’offrir au public des éditions correctes, qui soient de bons instruments de travail pour le critique, l’historien de la littérature et le grammairien, qui fournissent au lecteur lettré la base sûre d’un texte bien établi, et qui soient accessibles à toutes les bourses ; nous n’avons pas voulu constituer une société aristocratique de bibliophiles pour l’impression de beaux livres coûteux. Nous avons voulu faciliter le travail des étudiants, des professeurs, des érudits, les jouissances des gens de goût, en multipliant les exemplaires des œuvres de notre littérature qui devenaient difficiles à rencontrer ou onéreuses à acquérir ». Prenant en charge l’ensemble de la conception et de la réalisation des ouvrages qu’elle publie sous son nom, la STFM confie la diffusion et la distribution commerciale aux maisons spécialisées : Cornély avant la Première Guerre ; Hachette puis Droz entre 1918 et 1940 ; Didier, Champion et Nizet après 1946 ; Klincksieck de 1989 à 2000, les Belles Lettres entre 2002 et 2011. Depuis 2011, les ouvrages de la STFM sont diffusés et distribués par les Classiques Garnier.

En cent six ans d’une activité interrompue volontairement durant les années de l’occupation, la Société des Textes Français Modernes a publié deux cent cinquante titres de plus de cent auteurs de la fin du XVe siècle à la fin du XIXe siècle, offrant des éditions savantes, soigneusement établies, pourvues d’un abondant apparat critique. Depuis un demi siècle, à l’initiative de ses présidents successifs (R. Lebègue, J. Roger, R. Garapon, R. Guichemerre, G. Forestier, P. Desan), la Société s’est spécialisée dans l’édition des textes du XVIe au XIXe siècles. A côté des grands noms (Ronsard, Corneille, Voltaire ou Chateaubriand) et des œuvres complètes (Ronsard, Du Bellay, Rotrou, Saint-Evremond, Scarron, Tristan l’Hermite), des auteurs moins connus (Angot de l’Eperonnière, Boindin ou Mareschal) et de nombreux textes rares, souvent en première édition moderne, la STFM offre un panorama riche et varié de la littérature française de la Renaissance à l’époque moderne.

La STFM souhaite aujourd’hui ouvrir ses portes à une nouvelle génération de chercheurs français et étrangers. Une visibilité accrue de la société est en effet souhaitable. Les études littéraires ne sont guère en bonne santé de nos jours et la STFM se doit de prendre de nouvelles initiatives afin de répondre aux attentes d’une nouvelle génération de chercheurs et de lecteurs. Ce qui est perçu comme une crise des sciences humaines pourrait en fait se transformer en de nouvelles opportunités pour la société et les études littéraires en général. La STFM continuera bien entendu d’assurer sa fonction d’éditeur scientifique avec pour principale mission la réédition de textes français des cinq derniers siècles ainsi que l’édition de textes inédits.

Conformément aux statuts de la STFM, chaque ouvrage de la collection, préparé par un spécialiste français ou étranger, est soumis à l’approbation du comité de lecture, qui charge deux universitaires compétents d’en surveiller la correction en collaboration avec l’éditeur scientifique. Les publications déjà anciennes font aussi régulièrement l’objet d’une révision et d’une mise à jour bibliographique, confiées à des spécialistes reconnus. Toujours à la recherche de nouvelles initiatives scientifiques, la STFM encourage la soumission de projets éditoriaux en accord avec ses statuts.